Les trott’ électriques surfent sur le coronavirus

Malgré le Covid, les engins de déplacements personnels (EPD) ne connaissent pas la crise. Il s’en est encore vendu 1,635 million l’an dernier en France, soit un peu plus qu’en 2019 (+1,2%) en dépit des longues semaines de confinement, selon le baromètre 2020 FP2M/Smart Mobility Lab.

Si les trottinettes raflent à elles seules 89% du marché des EPD, laissant des miettes aux hoverboards (94.000 ventes, +12%), engins à selle (31.100, +4%), gyroroues (7.100, +30%), skate électriques (5.900, -24%) et autres gyropodes (5.200, +206%), les trott’ mécaniques restent plus demandées que les électriques. Mais année après année, l’écart se resserre avec respectivement 851.000 ventes (-16% l’an dernier) contre 640.000 (+34%).

On compterait ainsi désormais plus de 2 millions d’utilisateurs de trottinettes électriques ! Pour Christophe Ramond, directeur des études et recherches de La Prévention routière, deux explications à ce phénomène. Tout d’abord, « l’entrée des micromobilités dans le code de la route a donné à la fois un statut légitime à ce mode de déplacement, un cadre technique et un cadre d’utilisation. Pour tout le monde, la réglementation est rassurante : on sait qu’une trottinette électrique ne peut emprunter les trottoirs et que la tolérance des pistes cyclables est devenue un droit. Fait important, le code de la route encadre ces engins qui ne vont pas vite (25 km/h), sont limités en termes de puissance, sont bien équipés en système d’éclairage et de freinage, enfin tout ce qu’il faut pour se sentir en sécurité. »

Seconde explication : « La crise sanitaire a eu un impact très fort sur la mobilité. Avec deux effets. L’un, négatif, étant la diminution de la demande de mobilité ; l’autre, positif, qu’est l’adoption d’un engin personnel dans un contexte de crainte de contagion et du besoin de distance sociale. »

Il faut néanmoins continuer à vaincre les réticences et les idées reçues. D’où cette invitation, que vous soyez utilisateur ou non d’un EPD, à répondre à l’enquête Mobiprox sur les micromobilités (lien : https://www.preventionroutiere.asso.fr/limesurvey/index.php/213179). Elle aidera La Prévention routière à mieux orienter ses actions de sensibilisation.

 

Article rédigé par Pascal Pennec